Girafe de l’espace

A cause de la distance que doit parcourir le sang entre le cœur de la girafe et son cerveau ou le bout de ses pattes, la girafe a développé un système sanguin inédit. Son cœur énorme (près de 11 kg) bat deux fois plus vite que celui d’un homme (170 pulsations par minute au repos) et pompe plus de 60 litres de sang par minute pour irriguer les énormes veines qui parcourent le corps de l’animal.

Mais cette puissance pourrait être mortelle quand l’animal baisse le cou et la tête. Un peu comme quand on met la tête en bas et qu’on sent que le sang nous monte à la tête. Pour que cela n’arrive pas aux girafes, leurs veines sont équipées de valves, sortes d’écluses, chargées de freiner l’afflux sanguin quand l’animal baisse la tête, mais aussi quand il la relève.

Cette capacité à freiner un flux important de sang a grandement intéressé la NASA. En effet, quand les pilotes sont soumis à de fortes pressions générées par la vitesse et l’altitude, leur volume sanguin est tiré vers leurs membres et leur tête n’est plus irriguée. En s’inspirant du système sanguin des girafes, la NASA a ainsi pu créer une combinaison anti-gravité pour que le sang des spationautes atteignent toujours leur cerveau.

(Source : especes-menacees.fr, Cécile Arnoud, 22.10.2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette fonction est désactivé pour ce site.