Elles n’ont pas le temps de dormir !

Huit heures de sommeil, ce serait le paradis pour une girafe. Ces animaux doux et sensibles ne dorment qu’environ quatre heures et demie en 24 heures – et même pas d’une traite.

« Cela est également dû à leur taille énorme et au fait qu’elles consomment des feuilles, qui sont peu énergétiques », explique Florian Sicks, biologiste et conservateur du parc animalier de Berlin. Ou, pour le dire autrement, les girafes ont simplement besoin de beaucoup de temps pour se nourrir.

À l’exception des lions, qui aiment se reposer pendant des heures après un repas riche en viande, les girafes ne peuvent pas se contenter de s’allonger pour faire une sieste dans la savane. Elles ont trop d’ennemis naturels pour cela.

« Elles se dressent toujours comme un phare », dit Sicks. Mais il a également examiné les habitudes de sommeil de ses animaux préférés pour une autre raison : La façon dont une girafe dort en dit long sur son bien-être, ce qui est important pour les zoos.

Selon l’organisation de défense des animaux Peta, des dizaines de girafes sont mortes prématurément en captivité aux États-Unis entre l’an 2000 et cette année. Elles sont mortes avant l’âge de 25 ans ou de « circonstances inhabituelles ».

Les girafes peuvent atteindre une taille de 6 m, un poids de 1 600 kg et peuvent vivre plusieurs décennies.

Peta critique vivement le maintien en captivité de ces animaux timides, qu’elle juge contre nature et contraire au bien-être des animaux. D’autres experts, en revanche, considèrent que les zoos sont un sanctuaire pour les animaux qui sont très menacés dans la nature – et pas seulement par les humains : dans leur habitat naturel, les dures lois de la sélection naturelle s’appliquent.

Les animaux sauvages ne perdent pas leurs instincts dans un enclos, explique M. Sicks. « Ils ne se montrent pas s’ils sont stressés, car leurs ennemis pourraient profiter de chaque signe de faiblesse », explique le biologiste de 40 ans.

Jusqu’à présent, les zoos ont souvent mesuré l’hormone du stress, le cortisol, dans le sang ou les fèces des animaux pour surveiller leur bien-être.

Mais Sicks avait déjà découvert dans sa thèse de doctorat sur les girafes que leur comportement de sommeil peut refléter bien plus : le stress, mais aussi la maladie ou les blessures.

Comme chez l’homme, le sommeil profond est suivi d’une phase MRE (mouvement rapide des yeux) chez les girafes. Elles reposent leur long cou sur leur flanc lorsqu’elles sont couchées.

Les modifications du rythme de sommeil d’un animal pourraient indiquer des changements dans leur bien-être, explique M. Sicks : l’excitation peut entraîner une diminution du sommeil, une maladie ou plus.

Sicks a consulté plus de 600 enregistrements vidéo de girafes dans des zoos pendant la nuit. « Les girafes sont particulièrement stressées après le transport, car ce sont des créatures d’habitudes , dit-il. Après avoir été transportées d’un endroit à l’autre, il leur arrive de ne pas dormir pendant des jours. 

 « Les changements dans la structure du troupeau peuvent également causer des problèmes. Une femelle girafe a même cessé de dormir pendant trois semaines après la mort de son compagnon de longue date. Bien sûr, nous ne pouvons pas dire s’il s’agit d’un chagrin ou d’une autre forme d’agitation, mais c’était très perceptible », souligne Sicks.

Une jeune girafe d’un zoo de Francfort, en Allemagne, a probablement été sauvée grâce à ces études sur le sommeil. Quand son frère était mort deux ans auparavant, les gardiens de zoo avaient remarqué qu’il avait eu beaucoup plus de phases de sommeil paradoxal peu avant sa mort que les girafeaux en bonne santé.

L’autopsie a révélé que le girafeau était mort de malnutrition. Le zoo a donc commencé à donner du lait supplémentaire au frère survivant. « Moins de 24 heures après le premier biberon, le sommeil paradoxal de la petite girafe était revenu à la normale », rapporte Sicks.

Dans la nature africaine, où les girafes sont indigènes, elles sont de plus en plus menacées par le braconnage. Cependant, l’intensification de l’agriculture et de l’exploitation minière réduit également l’habitat des girafes.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population de girafes a diminué de plus de moitié au cours des 30 dernières années. Avec environ 68 000 animaux restants, la girafe a été ajoutée à la liste rouge des espèces menacées de l’organisation en 2016.

En captivité, il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur les girafes. Des recherches sont également en cours dans le parc animalier de la capitale allemande pour découvrir comment les girafes communiquent entre elles.

Leur bourdonnement peut également être entendu par les humains, explique M. Sicks. « On suppose souvent que les girafes communiquent également par infrasons, en dessous du niveau de l’audition humaine. Mais rien n’a été prouvé jusqu’à présent. »

 (Source: thestar.com, 29août 2020 – traduction OL)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette fonction est désactivé pour ce site.