Honte aux Etats-Unis !

Depuis le milieu des années 80, les girafes sont en déclin constant. Les effectifs de la population ont diminué de 40 %, laissant environ 68 000 adultes dans la nature.

Pour replacer les choses dans leur contexte, il y aurait une girafe pour quatre éléphants d’Afrique, qui sont eux-mêmes considérés comme une espèce vulnérable.

Malgré leur statut précaire, les girafes ne sont pas inscrites sur la liste de la loi américaine sur les espèces menacées (ESA). En fait, jusqu’à l’année dernière, il n’existait pas de réglementation internationale pour surveiller leur commerce.

Si les girafes étaient protégées par l’ESA, cela signifierait des restrictions plus strictes sur leur prélèvement dans la nature, leur transport ou leur vente. Cela permettrait également de débloquer une aide fédérale pour les pays coopérants qui ont des populations de girafes, selon leurs spécificités.

En 2017, une coalition de groupes de protection de la nature a voulu corriger cette situation en demandant au Service américain des pêches et de la faune (FWS), qui supervise la loi, d’inscrire les girafes sur la liste.

Après un délai de deux ans (et un procès intenté par les groupes), le FWS a constaté qu’il existait « des informations substantielles sur les menaces potentielles » pesant sur les girafes et que leur inscription sur la liste « pouvait être justifiée ».

Toutefois, le processus de décision ne commencera pas avant 2025, au grand dam de certains militants de la protection des animaux.

 « Compte tenu du niveau de menace et de l’urgence avec laquelle nous devons agir pour protéger les girafes et de nombreuses autres espèces, nous espérons que l’agence agira en conséquence et prendra sa décision d’inscrire les espèces sur la liste des espèces en danger bien avant 2025 », a déclaré Paul Todd, avocat principal du programme nature du National Resources Defense Council (NRDC), qui était l’un des pétitionnaires.

 « Nous sommes prêts à faire ce que nous pouvons et ce qui est nécessaire pour aider à ce que cela se réalise. »

Ben Williamson, directeur des programmes, World Animal Protection, États-Unis, a ajouté : « La protection des girafes dans le cadre de la loi sur les espèces menacées d’extinction est attendue depuis longtemps. Ces animaux emblématiques sont menacés par les maux habituels que sont la destruction de l’habitat et le braconnage, et par une curiosité humaine malsaine qui voit leur peau tachée et velue se transformer en tapis, et leurs longs os en bibelots.

« Désigner les girafes comme étant en danger ou menacées imposerait des restrictions bien nécessaires à la capacité de personnes vulgaires aux poches bien remplies et à l’âme peu profonde de les abattre et d’importer des parties de leur corps aux États-Unis, et permettrait de dégager davantage de fonds pour la conservation de l’espèce dans la nature. »

La liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui suit les espèces les plus menacées de la planète, a déclaré la girafe « vulnérable à l’extinction ».

Selon la Giraffe Conservation Society, il existe quatre espèces de girafes – Masaï, du sud, du nord et réticulée – et cinq sous-espèces au sein de celles-ci.

La girafe du Kordofan, qui habite l’Afrique centrale, a perdu 90 % de sa population au cours des 40 dernières années. Il ne reste plus que 2 000 spécimens de cette girafe dans la nature.

La girafe de Nubie, qui parcourait autrefois l’Afrique du Nord-est, est aujourd’hui largement éteinte dans une grande partie de son aire de répartition historique. Elle a perdu 98 % de sa population, ne laissant que 455 spécimens dans la nature, et ne vit plus que sur les terres protégées du Kenya.

Le rôle que le commerce légal et illégal des espèces sauvages a joué dans la diminution du nombre de girafes est difficile à évaluer, car les recherches sur l’espèce dans ses habitats africains ont été limitées, a noté l’UICN. D’ailleurs, ce n’est qu’il y a quelques années que l’on a découvert qu’il existe en fait quatre espèces distinctes.

Une enquête menée en 2018 par la Humane Society International (HSI) a révélé que 40 000 éléments de girafes ont été importés aux États-Unis en provenance d’Afrique entre 2006 et 2015. Parmi ceux-ci, on comptait 3 700 trophées, soit l’équivalent d’un trophée par jour.

Le Dr Fred Bercovitch, directeur exécutif de Save the Giraffes, a déclaré au New York Times l’année dernière que, bien que plus de 90 % des éléments soient considérés comme des importations légales, 50 d’entre elles provenaient de la girafe nubienne, une espèce très menacée.

Ces espèces sont menacées par la perte et la dégradation de leur habitat en raison du défrichement des terres pour l’agriculture, de la croissance des populations humaines et des impacts complexes de la crise climatique. La proximité du bétail domestique peut également entraîner la transmission de maladies aux girafes.

Ces espèces sont des dommages collatéraux de la guerre et des troubles civils dans des régions d’Afrique centrale et orientale. D’autres sont victimes du braconnage, tant pour la viande de brousse sur les marchés locaux que pour le trafic dans le cadre du commerce illégal d’animaux sauvages.

On ignore pourquoi la prise de décision ne commencera pas avant 2025, mais les girafes ne sont pas les seules espèces à être confrontées à un long processus.

« Comment dire à nos arrière-petits-enfants que nous avons eu la chance de sauver ces magnifiques mammifères, mais que nous ne l’avons pas fait ?, a déclaré M. Williamson.

« La loi sur les espèces menacées existe précisément pour cette raison : garantir le droit des générations futures à partager la planète avec ces merveilles de l’évolution. »

(Source : Gulf Today, 29 août 2020 – traduction OL)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette fonction est désactivé pour ce site.